BTS Qualité dans les Industries Alimentaires et Bio-industries

 Plaquette de la formation

 

 

Pôles concernés

  • Agroalimentaire (90% des offres d’emploi)

Dans le domaine agro-alimentaire, la qualité est une préoccupation ancienne et récurrente depuis l'apparition de l'agriculture. Les produits destinés à l'alimentation doivent satisfaire à des normes de qualité nutritionnelles et hygiéniques ainsi qu'organoleptiques (les goûts des individus), sans nuire à la santé.

Selon une étude TNS/SOFRES (2006), 72% des Français étaient prêts à payer un peu plus cher pour un produit portant un label de qualité ;  la qualité des produits étant une des premières préoccupations de la population lors des achats (93 % des personnes interrogées). Les labels qualité sont aujourd’hui nombreux sur les produits alimentaires. Le Label Rouge est le marqueur de qualité qui a la plus forte notoriété (49% des Français déclarent consommer régulièrement des produits Label Rouge, sondage Opinion Way/Label Rouge janvier 2010), devant – entre autres - l’Agriculture Biologique / le bio (44%), l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) (37%) et Elu Produit de l’Année (3%),

  • Cosmétique-Pharmacie

L'industrie pharmaceutique appartient à un secteur où la qualité des produits et de toutes les activités qui entourent ces produits est essentielle. C'est pourquoi cette industrie a développé bien avant la mise en place des normes AFNOR, CEN et ISO des normes qui lui sont propres, les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) et les Bonnes Pratiques de Laboratoires (BPL). Pour les produits de santé (principes actifs, médicaments, dispositifs médicaux, produits d’hygiène et cosmétiques), il existe donc aujourd’hui un grand nombre de référentiels réglementaires ou normatifs pour s'assurer que les médicaments fabriqués sont de la qualité requise pour l'usage auquel ils sont destinés.

Contrairement aux produits pharmaceutiques, il n'existe pas d'autorisation préalable de mise sur le marché pour les produits cosmétiques. L’exigence prévue par les textes est l’absence de nocivité pour la santé. Il incombe aux fabricants de garantir que leurs produits satisfont aux exigences législatives, réglementaires et ne présentant aucun danger pour la santé, le rôle du technicien qualité est donc primordial.

Fonctions du technicien supérieur en qualité

Le titulaire du BTS QIAB peut être assistant qualité ou responsable qualité selon la taille de l'entreprise. L'évolution de la réglementation notamment européenne impose le développement de la qualité dans toute la chaîne (producteur, transformateur, distributeur) et offre donc de réelles perspectives.

Les missions du qualiticien s’organisent autour de différents axes :

Organiser le suivi Qualité

  • Identification de non-conformité
  • Proposition d’actions correctives
  • Suivi de mise en place
  • Evaluation efficacité
  • Modification des documents

Auditer et être audité

  • Conformité aux exigences spécifiées
  • Aptitude à atteindre objectifs fixés
  • Amélioration système qualité
  • Exigences réglementaires
  • Certification du système qualité

Faire vivre les Indicateurs Qualité

  • Performance du système qualité
  • Outils d’amélioration

Former et motiver le personnel

  • Identifier les besoins
  • Participer à la formation
  • Veille technologique

Formaliser

  • Plan qualité
  • Procédures organisationnelles
  • Instructions de travail
  • Cahier des charges
  • Traçabilité

Assurer la satisfaction client

  • Apprécier la satisfaction client par rapport aux prestations (produits ou services)

Fourchette de salaire

La fourchette de rémunération annuelle brute pour le technicien qualité se situe entre 18 300 et 49 930 euros.

(source http://www.guide-des-salaires.com/f-fonction-f150-technicien-qualite.html)

Profil du technicien qualité

  • Diplomate
  • Méthodique
  • Rigoureux
  • Critique et objectif
  • Déterminé
  • Autonome et dynamique
  • Pragmatique

Poursuite d’études

Des poursuites d'études sont possibles:

  • Licences professionnelles en 1 année.
  • ATS (préparation aux concours)en 1 an
  • Master en Université en 3 années
  • Différents Instituts universitaires professionnalisés (IUP)
  • Ecole d'ingénieurs, sur concours ou sur dossier